Mes coups de gueules, Philosophie, Société

Société de surconsommation ?

man-8-dechetsDire que je dénonce une élite politique réduite à appliquer l’intégrisme néolibéral serait réducteur si je ne dénonçait pas en même temps la responsabilité du « citoyen », notre responsabilité à tous que la précarité désengage de l’activité civique. La preuve, s’il en fallait une est l’abstention abyssale que je qualifierais de formidable régression : une non-pensée produisant cette non-société, ce racisme social.

« Je ne pense pas que l’on puisse faire marcher d’une manière libre, égalitaire et juste le système français capitaliste tel qu’il est. » disait bien justement Cornelius Castoriadis.

Je vis, pardon, nous vivons sur une planète que je, que nous sommes en train de détruire, parce que notre imaginaire est celui de l’expansion illimitée, celui des accumulations de camelotes jetables, une télé dans chaque chambre, un micro-ordinateur dans chaque chambre, etc. et le tout en nous croyant libres alors que nous agissons comme des animaux paresseux.

Nous croyons être libres parce que, bien assis devant notre télé, nous zappons comme des imbéciles, croyant changer de monde en changeant de chaîne, alors que toutes diffusent le même programme, avec le même bruit de fond subliminal, que sont les même publicités, je dirais pour ma part, les mêmes propagandes subliminales nous incitant à consommer, à surconsommer en nous inventant de nouveau besoins, pour la plus part inutiles et que nous retrouvons ensuite dans des décharges publiques ou pas que nous allons jusqu’à exporter.

Nous sommes dans une époque d’illimitation, de libération dans tous les domaines, et c’est en cela que nous avons le désir d’infini, c’est en un sens une belle et grande conquête mais il faut aussi apprendre à nous limiter, individuellement et collectivement.

Je me cite en exemple ( Mauvais ), vivre seule dans une maison immense est-ce raisonnable ? Avec une voiture hors prix qui plus est, ou celui de mes charmants voisins, ils sont quatre, deux parents et deux enfants, et bien sur avec quatre voitures.

La société capitaliste est une société en déclin qui court à sa fin, à tous points de vue, car elle ne sait pas se limiter, c’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme. Et une société vraiment libre, une société autonome, doit savoir se limiter.

Letizia Doria

Inspiration : Les Carrefours du labyrinthe de Cornelius Castoriadis

Mots-clefs :, , , ,

A propos de Letizia Doria

juriste consultante/conseillère en stratégies. Coïto ergo sum, (Cogito ergo sum) aussi...

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade