Féminisme, Mes coups de Cœur, Politique, Société

Vers un nouveau racisme

En ce début d’année 2021, Les mérdias mainstream restent silencieux face à une prise de con­science qui prend de l’ampleur dans l’opinion publique qui dénonce et décrit l’attitude d’un pou­voir qui est fort avec les faibles et faible avec les forts.

Est en train de naître en France un fanatisme identitaire qui avance sous couvert d’« inclusion, d’antiracisme et de décolonialisme », thèse chère aux « islamo-gauchistes », et autres « indigénistes » qui banalisent un vocabulaire « ethniciste » et « genré » et dictent leur loi jusqu’au CSA.

Je vois poindre à l’horizon la désintégration culturelle de la France par les différents courants qui composent la nébuleuse identitaire et leur convergence dans une même haine de la culture occidentale et il est plus que temps de s’en alarmer !

Si j’analyse ces thèses au travers de leurs figures militantes et médiatiques, je vois poindre une Assa Traoré, complaisamment couronnée « nouvelle figure de l’antiracisme », Camélia Jordana, qui vomit sa haine des policiers, Une Obono qui elle vomit sa haine des blancs, jusqu’à une Alice Coffin psychorigide à l’extrême qui vomit sa haine des hommes.

Tout ce beau monde se définit dans un délire victimaire contre la figure du Grand Méchant Homme blanc, s’empare de concepts dont la charge émotionnelle est très forte, tout en en modifiant intégralement la définition, exemple le féminisme et s’animent en meutes lyncheuses sur les réseaux sociaux pour ruiner la réputation de ceux qui n’embrassent pas les nouvelles catégories idéologiques à la mode et qui génère une pente mortifère de « dérive identitaire » venue d’outre-Atlantique conduisant à des comportements sectaires et une fragmentation des causes dans des niches toujours plus restreintes et hostiles les unes aux autres.

J’y ajoute des personnes comme le maire de Grenoble, Éric Piolle, maître d’œuvre de la « dégenrisation » des écoles de sa ville, sans oublier bien sur ceux qui jour après jour renforcent l’entrisme islamiste, trop souvent à des fins purement électoralistes comme certains insoumis de la clique Mélanchon. Toutes ces figures ont en commun de vouloir faire tomber le « système » et de lutter contre les discriminations croisées. Cette dynamique se cristallise avec la montée des polémiques stériles tout autant que caricaturales portées contre certaines causes.

Pour conclure je dirais qu’il y a une culture française, des mœurs françaises, une identité française, qui portent une conception de l’universel, et qui sont travaillées par elle et qui porte en elle une expérience du monde qui va au-delà de toutes les idéologies.

Mais soyons-en assurés : si la culture française s’effondre, la conception de l’universel qu’elle porte s’asséchera et dépérira.

Letizia Doria

Source Mathieu Block-Coté : La révolution racialiste et autres virus idéologiques

Source Sonia Mabrouk : Insoumission Française

Mots-clefs :,

A propos de Letizia Doria

juriste médiatrice consultante/conseillère en stratégies de crises. Coïto ergo sum, (Cogito ergo sum) aussi...

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade