Mon Identité, Psychologie

Pourquoi j’écris ?

adobestock-99637758_0_728_488Perdre mon père à l’age de douze ans, même s’il n’était que mon père adoptif m’a plongée dans le piège d’une colère permanente, d’une colère qui ne s’apaisait pas, je savais que la mort est un processus irréversible, que mon père ne reviendra jamais et que j’étais à nouveau seule et que je devrais seule réajuster mon monde.

Après les passages obligés DASS et juge des tutelles ce fut le tour de la thérapeute et c’est d’elle qu’est venue ma passion de l’écriture, et c’est par l’écriture que nous avons pu elle et moi dans un premier temps identifier les pensées limitatives et irrationnelles que j’avais pour étancher ma colère et comprendre puis canaliser le profond mal-être émotionnel que j’avais et ainsi faire mon deuil.

Je me souviens de mes premiers carnets ou je ne devais servir qu’à souligner l’ensemble des choses positives que je voyais au quotidien, ne noter que les événements positifs, tous, tout le temps, en les cherchant, en les débusquant, n’importe ou, n’importe quand, sur n’importe qui, c’était la recherche de mon Graal à moi, et chaque soir, en guise de prière je relisais les notes de la journée, au début tout était en vrac, confus, puis au fil du temps tout devint structuré, avec une suite logique et un but à atteindre.

La deuxième phase fut créatrice, je devais écrire tout ce qui me passait par la tête, peu importait que mes phrases soient dépourvues de signification ou déconnectées, je pouvais aussi écrire des mots, seuls, aléatoires ou faire des dessins, des liste de n’importe quoi, je m’y suis laissé aller, comme autant de danses folles, sans buts ni chorégraphies, cela semble complètement fou, mais finalement, cela m’a servi à mettre mes idées en ordre et à connaître mes sentiments les plus intimes.

La troisième phase fut libératrice, je devais décrire tout ce qui me faisait me sentir mal, l’écrire, l’imaginer en exprimant tout ce que je pensais, je pouvais aussi, hors carnet écrire des lettres adressées aussi bien à mon insatisfaction qu’à une personne, un animal, un être imaginaire pour me laisser aller et exprimer tout ce que je pensais, ma douleur, mes peurs et ma colère pour ensuite la brûler ou l’expédier mais en pensant froidement aux conséquences avant de le faire.

Je me dois de préciser qu’à chacune des phases de ce processus, ma thérapeute était avec moi, me guidant, me conseillant, mais que la décision finale m’appartenait toujours, puis j’avais droit aussi à ma lettre des mauvais jours, comme celle des bons jours, lettre que je ne devais écrire qu’à tête reposées, en faisant la part des choses et qui m’étais destinée.
Les garder en lieu sûr dans un coin bien à moi faisait partie de la thérapie, pour la relire plus tard, ou la brûler.

Pour conclure je dirais que le langage est à notre service pour nous aider et donner forme à notre esprit et à nos idées, soyons les écrivain-e-s de nos vies et écrivons un scénario plein de force, de messages qui nous motivent et ne nous limitent pas, y parvenir peut être très simple et la différence entre le mettre en pratique et ne pas le faire est très grande.

Letizia Doria

Mots-clefs :, , , , , , ,

A propos de Letizia Doria

juriste médiatrice consultante/conseillère en stratégies de crises. Coïto ergo sum, (Cogito ergo sum) aussi...

2 Réponses à “Pourquoi j’écris ?”

  1. Le 10 mars 2021 à 11 h 16 min Chimerique a répondu avec... #

    Faire la distinction entre les pensées positives et négatives, pour faire comprendre au patient que toutes les informations que l’on capte au cours d’une journée sont minorées voir même ignorées si une pensée négative à trop d’ampleur. L’être humain se consacre davantage à ce qui ne va pas pour mettre de côté tout ce qui va.
    Les psy font bien leur travail pour orienter la personne à bien comprendre ses maux.
    Sauf que les psy ont tendance à oublier qu’il y a une sorte de théorie des cordes dans tout ça, et que tout est relié, et généralement ils ne sont pas capable de trouver le point d’origine.

  2. Le 27 septembre 2020 à 20 h 24 min Samuel Boniface a répondu avec... #

    Merci letizia je comprends mieux pourquoi je suis ici entrain de lire tes écris étant moi-même e de formation thérapeute émotionnelle, familliale et transgenerationnel et merci la vie

Ajouter votre réponse

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade