13 mars 2020 0 Commentaire

Je n’irais pas voter, est-ce grave docteur ?

ballot-womanLe Coronavirus n’y est pour rien bien sur, mais le dégoût du monde politique y est pour beaucoup, j’ai pensé un temps qu’un mouvement citoyen pourrait être une bonne alternance à la politique politicienne mais en grattant un peu le vernis je me suis rendue compte qu’il ne s’agit que d’idéologie, celle des classes moyennes voir bourgeoises, idéologie produite pas une société à bout de souffle et sans perspectives, une idéologie qui cède à l’émotion avant l’analyse, au jugement de valeur avant la description factuelle, à la posture avant la compréhension des causes et des effets.

J’aurais pu trouver amusant que cette idéologie puisse s’introniser comme « élite de la réflexion » reprochant aux populismes de privilégier l’instinct et le ressentiment oui mais voila, cette élite voudrait substituer aux états en tant que nation, un droit universel prévalant sur les gouvernements nationaux, un consumérisme généralisé qui devrait apporter prospérité et entente entre les hommes par l’effet pacificateur du commerce.

J’ai toujours vu le droit de vote comme un devoir et même une obligation, mais depuis quelque temps je pense autrement, pour que ce droit devienne une obligation il faudrait donner un choix aux votants, et surtout comptabiliser les votes blancs et en tenir le décompte dans les résultats, qu’ils soient comptabilisés pour faire une majorité, ce qui n’est pas le cas actuellement puisque ces votes sont nuls..

Juridiquement le vote en France est un droit, donc comme tout autre droit (ex : liberté de réunion, liberté de parole ou d’association), il offre le choix ne pas l’exercer et ne saurais en aucune façon se transformer en contrainte.

Le droit de vote un devoir ? Oui, par principe, à la seule condition de ne pas infantiliser les électeurs et que la démocratie participative ne se résume jamais à une contrainte.

Pourquoi je ne vais pas voter ? Je sais très bien que le vote blanc et l’abstention sont aussi des modalités d’obéissance à l’injonction électorale, mais m’identifier à un candidat qui va rejoindre les rangs d’un « totalitarisme électoral », qu’il soit communal, régional, départemental, ou parlementaire et  qui me présente les élections sous le masque d’une prétendue souveraineté populaire est au dessus de ce que je peux supporter.

Letizia Doria

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade