6 janvier 2020 0 Commentaire

Génération Smartphone.

Il semblerait qu’une par non négligeable de notre société s’inquiète de l’avenir de la génération Smartphone, entre les enseignants qui s’alertent d’une baisse de la capacité de concentration et d’instabilités diverses chez leurs élèves, les médecins qui notent une exacerbation de pathologies par lesquelles les jeunes manifestent une difficulté à s’ajuster aux apprentissages, et les parents qui définissent leurs adolescents comme des fatigués à qui on en avait demandé trop, ou plutôt imposé trop.

J’ajouterais que les parents sont anxieux dès le berceau, dans leur grande majorité ils sont des échoués de cette modernité galopante qu’est la technologie.

Toutes ces observations convergent vers un même constat, tout ce beau monde adulte ne sait plus quoi faire et est déconnecté du monde des adolescents, on entend ici et là « il leur faudrait une bonne guerre » alors qu’ils sont déjà en guerre, une « guerre écologique » qui implique le conflit avec la génération du dessus et l’incertitude quant à l’identité, d’orientation scolaire ou sexuelle.

Les enseignants, et j’en côtoie quelques uns sont pour la plus part à coté de la plaque, ils s’en tiennent aux programmes établis par des « vieux » en langage ado avec très peu d’adaptations significatives des programmes scolaires, au caractéristiques particulières des élèves vis-à-vis des technologies et de la société qui en découle, et donc sont incapables d’atteindre les objectifs définis.

En réalité, ce sont les besoins même des enfants qui sont mésestimés au bénéfice des projections des peurs des adultes devant ce flux visuel et acoustique constant, malgré la multiplication des écrans et la stimulation qui s’impose, il en oublient le besoin vital d’interruption qui doit être mis en place pour arracher les enfant à cette excitation continue.

Toute cette excitation visuelle et sonore s’attaque à l’intimité des enfants de par son contenu sociétal et peut devenir dangereuse si on ne sait quoi en faire, il ne faut surtout pas oublier que « L’age bête » est toujours là, bien cachée sous ce que perçoivent les adultes, comme l’autre face d’une même pièce, un nouvel âge super intelligent et super capable.

Il est peut être trop tôt pour le dire mais l’évolution de l’espèce humaine est bel et bien en marche et seuls ceux qui sauront s’adapter à ce nouveau monde survivront.

Letizia Doria

 

Mots-clefs :,

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade