7 décembre 2019 0 Commentaire

Rentrer dans le troupeau ? Jamais !

Il ne se passe pas un jour sans qu’une bonne âme bien intentionnée n’essaye de me faire rentrer dans le bon chemin patriarcal, comme si rejoindre le troupeau du conventionnalisme social était la clef du bonheur.

Pour ce qui me concerne, la plupart des choses que le troupeau fait en pensant qu’elles sont ce que l’on doit faire pour être heureux ne sont rien de plus que des dogmes auxquels on ouvre la porte et auxquels on octroie le droit de nous dévorer de l’intérieur.

Je ne comprendrais jamais ce besoin qu’ont les gens de faire partie d’une communauté, d’un troupeau, en choisissant de faire le nécessaire pour s’adapter sans donner leur opinion ni résister, cette croyance qu’elles doivent se soumettre car, dans le cas contraire, elles ne seraient pas acceptées, elles pensent que le bonheur réside dans l’intégration, et que le groupe cherche le bonheur de tous, ainsi, en soumettant ses valeurs et ses pensées, la personne se supprime elle-même afin de correspondre aux attentes du groupe.

Je veux bien, de temps à autre écouter les conseils des autres, mais de là à croire aveuglément tout ce que l’on peut me dire et de suivre tous les conseils que l’on me donne sans jamais ni remettre en question ni accorder aucune attention ou importance à mes propres valeurs, il y a tout un monde, il est passé le temps, celui de mon plus jeune âge, quand mes figures d’autorité m’ont appris à croire aveuglément tout ce qu’elles me disaient et avec le temps, à devenir une adulte obéissante et soumise qui, face à la peur de prendre des décisions, préférais que d’autres pensent pour moi et assument les responsabilités à ma place.

Je n’ai pas pris ce chemin parce qu’il ne fait aucune place pour le développement de la pensée critique ni pour la détermination de toutes ces choses qui me définissent vraiment de façon individuelle en tant que personne libre.

Je me rends compte que je suis un danger pour eux, que je perturbe la belle harmonie du troupeau qui bêle à tue-tête pour me faire rentrer dans le rang et maintenant quand on me demande si j’ai enfin trouvé l’homme de ma vie, je répond oui, il est bien rangé au fond du tiroir de ma table de nuit avec mes autres amants et ils suffisent à mon bonheur.

 Letizia Doria

 

Mots-clefs :, ,

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade