Education, Famille, Mon Identité, Société

Sentiment d’abandon

Single or divorced woman alone missing a boyfriendJe ne sais pas pourquoi mais de temps en temps une vielle blessure se rouvre parce que la cicatrisation ne se fera jamais, quand ma mère adoptive est partie et m’a abandonnée, personne ne m’a expliqué pourquoi, je ne sais si on a pensé que j’étais trop petite pour comprendre ou qu’on essayait tout simplement de me protéger, la seule chose que je sais c’est que pendant très longtemps j’ai cru que si elle est partie, c’est que c’était de ma faute, que j’avais été une mauvaise fille et que je ne méritais pas ma mère à mes côtés, je ne comprenais pas les problèmes de couple, mais uniquement la punition qui indiquait à quel point j’avais été méchante et percevais la perte de ma mère adoptive comme une punition.

Je n’ai compris que plus tard, au décès de mon père, la véritable raison, était que moi, enfant adoptée, j’étais toujours vivante alors que le fils de son sang était mort, quatre ans de thérapie plus tard j’ai su que cela aurait une répercussion sur ma vie entière, j’ai compris surtout que la famille n’était q’un contrat imposé que je n’avais pas signé et ma résolution fut que je n’imposerais pas un contrat imposé à qui que ce soit et surtout à moi-même.

J’ai aussi compris que le seul lien émotionnel que je développerait sera uniquement envers ceux qui ont pris soin de moi, c’est-à-dire ceux qui on répondu à mes besoins et m’ont apporté la sécurité, c’est-à-dire ma seule famille d’accueil, tant soi peu que ça en soit vraiment une, toujours est-il que j’ai du mettre inconsciemment un mécanisme de défense pour survivre en lieu et place d’un lien d’attachement sûr, en développant un lien d’insécurité ambivalent, en étant toujours en alerte vis-à-vis d’une possible tromperie et mal à l’aise de devoir toujours dépendre des autres pour répondre à mes besoins.

J’ai aussi compris que ce qui fait ce que je suis aurait du se faire naturellement par l’imitation, selon un processus «relation/apprentissage», et que vu ma naissance sous X et l’incompétence parentale de ma mère adoptive je n’ai pu créer de liens de coexistence et d’amour durables avec mes protecteurs.

Ayant rejeté jusqu’à l’idée même de créer une famille je me retrouve avec l’apparition d’une petite sœur dans ma vie, avec un dilemme, celui de concilier mes idées sur la famille avec son accueil près de moi, comment l’accepter quand je n’entend que la petite cloche dans ma tête qui me crie « Attention danger », je ne sais rien de ce genre de relation et en suis arrivée épier chacun de ses mots, chacun de ces geste pour savoir ce qu’elle me cache.

Je me rends compte que j’ai un trouble réactionnel de l’attachement, que je montre un comportement abrupt, imprévisible, impulsif, voir répulsif, ressens cette relation avec une grande insécurité, avec anxiété et méfiance, comme peu fiable, tout devient incohérent et paradoxal avec « La personne qu’elle est détruit ce que je suis ».

Toujours est-il que je n’ai aucune envie qu’une famille dysfonctionnelle se forme, même une simple sororité, les conséquences en seraient imprévisibles, avec des difficultés pour mener une vie normale, de là je me pose la question de savoir si justement, surmonter ces sentiments négatifs qui ont provoqué ma rupture parentale m’évitera d’y être condamnée, et d’éviter ainsi de reproduire ce qui m’est arrivée, c’est-à-dire abandonner, rejeter ma petite sœur loin de ma vie.

Letizia Doria

 

 

 

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Cyrily |
Wikivacher |
Csecomit2019 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cindyarh
| Philo Condorcet 90
| Expérimentations autour du ...