Mon Identité, Philosophie, Psychologie, Société

Rhétorique, éloquence et écoute

téléchargementL’éloquence est la faculté de dominer les esprits, les cœurs et les volontés par la parole, elle est innée, dans le sens large elle n’est que l’émotion éprouvée et communiquée, aussi bien par la parole, le geste, le regard, l’attitude extérieure et jusque dans son silence, la rhétorique selon Aristote est «moyen de trouver dans chaque sujet ce qu’il y a de propre à persuader », elle est un art, l’une trace la méthode, l’autre la suit, l’une enseigne les moyens, l’autre les emploie, elles diffèrent l’une de l’autre comme la théorie diffère de la pratique.

Dans une certaine mesure nous avons tous besoin d’être éloquent, depuis le petit enfant qui demande quelque chose à sa mère, jusqu’au savant•e•s les plus illustres, en passant par les professeur•e•s, les parents, le monde des affaires ou de la politique, sans oublier les dragueurs ou n’importe quelle personne qui à besoin d’obtenir quelque chose, de convaincre ou de frimer dans un salon, tous ont besoin de demander à l’art oratoire le secret de sa puissance.

La rhétorique c’est aussi savoir choisir les mots qu’on emploie, parce que les mots sont le reflet de ce que sommes, le langage a une très grande influence sur les résultats de nos projets ou sur le bon déroulement de nos relations, observer la façon de parler d’une personne nous donne beaucoup d’informations sur ses pensées, son attitude et ses croyances.

L’usage que nous faisons des mots aussi bien à l’écrit qu’à oral en dit bien plus sur notre façon d’être et notre état psychologique que leur contenu, par exemple, les mots fonctionnels, comme les pronoms, expriment beaucoup de choses sur nos états d’âme, notre façon de penser et notre identité que n’importe quel verbe ou substantif, comme quoi les pronoms, les prépositions et les articles qui, même s’ils n’ont apparemment aucune charge sémantique, représentent la moitié des mots que nous utilisons chaque jour et permettent de refléter nos centres d’intérêt.

Autre exemple, les personnes qui mentent n’utilisent presque jamais le pronom « je », un fait qui permet de détecter les mensonges qui s’avère exact dans les 2/3 des cas, à l’inverse, les personnes déprimées ou mélancoliques abusent du pronom « je », généralement, les personnes qui essayent de duper les autres n’utilisent pas de pronoms ou de mots pour décrire des émotions, elles préfèrent se servir de substantifs et surtout de verbes, en les utilisant sous une forme indirecte et conditionnelle.

Le cas du sophisme qui tout en étant une forme de rhétorique n’en est pas moins un argument fallacieux, une faute dans un raisonnement d’apparence logique qu’utilisent souvent, les bonimenteurs, les escrocs, les politiciens, les prédicateurs, religieux ou autres et les médias grâce à leur éloquence afin de tromper leur auditoire pernicieusement.

Savoir écouter est un art qui permet de connaître ce que l’on ne sait pas, de voir d’autres réalités et d’explorer de nouvelles émotions, écouter permet d’aider, de s’aider mais aussi de trouver la meilleure manière de le faire en évitant les pièges que d’autre placent sur votre route.

Letizia Doria

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Cyrily |
Wikivacher |
Csecomit2019 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cindyarh
| Philo Condorcet 90
| Expérimentations autour du ...