23 août 2019 1 Commentaire

Marre du sexisme ! !

balance-ton-sexisme

balance-ton-sexisme

Aristote disait «Parfois, dire la vérité n’est pas suffisant, il convient aussi de montrer la cause du mensonge », s’agissant du sexisme, quand je me dis à moi-même « ce que je viens d’entendre ne m’affecte pas, je vais faire comme si cela n’était pas important », je me mens à moi-même parce que ma seule envie est de hurler, les soirs de pleine lune, la nuit et le jour, tout ce que je suis, tout ce dont j’ai besoin et ce que je vaux, j’en ai marre de prioriser à chaque instant et à chaque seconde les émotions des autres, j’en ai marre de ces vides de pensées que je remplis trop souvent de fausses idées : « si je supporte encore un peu cela, les choses pourront s’améliorer », « iel ne pensait pas ce qu’iel a dit, je vais faire comme si de rien n’était », j’ai besoin d’écouter et de ressentir pleinement mes émotions et de les pratiquer chaque jour.

Je vis entourée par cela, la discrimination sexiste ou de genre, également connue sous le nom de « sexisme », que ce soit une attitude, un préjugé ou un mépris pour l’autre selon le sexe ou le genre, cela reste toujours un comportement par lequel on sous-évalue les gens, on les classe, ségrégationne selon qu’ils sont des femmes ou des hommes, ces formes de discrimination sont tellement enracinées dans notre société, que souvent nous ne sommes même pas au courant qu’elles existent.

Les attitudes sexistes promeuvent des stéréotypes basés sur des croyances, des affirmations et des dogmes sur les différents rôles du genre et ils se sont installés socialement et traditionnellement au fil du temps, et bien que la forme de sexisme la plus visible soit contre les femmes, ce mot ne doit pas être utilisé comme un synonyme du machisme, le sexisme n’est pas exclusif au sexe féminin, mais une forme de discrimination qui se réfère aux deux sexes et à tous les genres.

Ce concept n’est pas seulement individuel, mais aussi sociétal et complètement intégré dans des institutions sociales, et ainsi normalisé il passe inaperçu.

Inconsciemment moi comme nous tous, soutenons indirectement ces préjugés sexistes, simplement parce que nous ne les reconnaissons même pas lorsque nous les avons devant nous, l’exemple le plus frappant en est la connotation du langage, sans avoir à changer la base lexicale de la langue, ni de tomber dans des mots « féminisés ou masculinisés » qui embrouillent plutôt qu’ils n’aident, souvent, le sexisme se manifeste par notre langage de chaque jour.

Pensez vous que je devrais être flattée par le fait qu’un étranger évalue mon physique en public, ou que je doive apprécier ou me soucier de recevoir l’opinion de quelqu’un dans la rue et à haute voix ? Il est habituel pour moi d’entendre des compliments, des sifflets se voulant flatteurs ou des commentaires abusifs en pleine rue, Ce qui me fais réfléchir avant de m’aventurer dans certains passages ou de déambuler seules dans certaines rues.

Autre exemple, la bienveillance excessive, c’est une chose que l’homme ouvre la porte pour que les dames passent devant, c’en est une autre si la femme cédant la place à l’homme, celui-ci refuse le geste, pour ma part ce comportement de laisser la place aux dames allume une petite lumière dans ma tête qui me dit « attention ! Risque de discrimination sexiste » et il m’arrive de les étiqueter comme macho ou paternalistes en attendant de savoir si je n’ai pas sous-estimé son éducation.

Je ne parle pas du sexisme au travail qui se manifeste par la différence des salaires entres hommes et femmes, ou en référence à l’effet Matilda à l’absence de reconnaissance du travail scientifique des femmes. Depuis 1901, les hommes ont obtenu 97% des prix Nobel, et la cause n’a pas été précisément le manque de candidates, dans la magistrature, 80% des magistrats sortant de l’ENM sont des femmes (présenté comme un « problème »), et ce pourcentage est inversé dans les plus hauts postes de la magistrature, même chose dans les grandes entreprises.

Quand il s’agit de sport, il suffit d’allumer sa télé, les sections sportives des journaux télévisés occupent moins d’un quart du temps total, les salaires des sportives, sont toujours plus faibles que celles des hommes, certains l’attribuent à un manque de budget, par contre les potiches sont omni-présentes pour soi-disant valoriser les sports eux même, et bizarrement les budgets ne font pas défaut.

Les commentaires sur le physique, l’âge ou l’état civil revêtent plus d’importance que les mérites, il va sans dire que le record de l’égalité est le seul qui reste à être battu.

Letizia Doria

Une réponse à “Marre du sexisme ! !”

  1. bradleybeal 16 juillet 2020 à 18 h 11 min #

    La différence de niveau de rémunération entre l’homme et la femme dans le sport s’explique en grande partie par les lobbing et les contrats de sponsoring en clair lorsque les spectateurs ou téléspectateurs seront aussi intéressés par les disciplines masculines que par les disciplines féminines alors les écarts de niveau de salaires s’amenuiseraient voir deviendraient nuls.


Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade