16 août 2019 0 Commentaire

Spiritualité mon cul !

SpiritualitéJe me suis fait reprocher il y a quelque temps mon manque de spiritualité (hors religions), alors curieuse comme je suis, je me suis renseignée sur ce manque primordial à ma personnalité en lisant quelques ouvrages censés m’ouvrir les yeux et l’esprit, j’avoue y être allée à reculons vu le nombre incalculable de sophismes mis en presse, puis la lecture de quelques ouvrages critiques de Mariana Caplan, à fini par me conforter dans mes idées et me faire une opinion.

Si j’en crois Ranjit Maharaj, notre corps n’est rien qu’une manufacture de merde et de pisse, j’y ajouterais de cyprine et de sperme (pour le fun), le monde n’existerais pas, et même moi qui croie y vivre, vous aussi d’ailleurs, ne serions que des illusions, qu’un produit de la pensée… Whaou ! !

La condition humaine se serait qu’un concept, qu’une vue de l’esprit, qu’une projection du néant. Ainsi parlent les escrocs, pardon ! Les gourous de tout poils, allant jusqu’à parler deux à la troisième personne pour éviter de dire « Je » et ainsi se projeter dans une non-dualité, c’est-à-dire nier le corps même dans lequel ils vivent, tout en vivant dans l’instant bien matériel, s’inventant une sois disant paix qui bien sur est déjà là, tout en récitant des formules toutes faites pour épater le chaland.

Par chaland je définis les gogos, les proies, c’est-à-dire la plupart des personnes engagées dans des démarches spirituelles qui pétries de blessures personnelles, de traumatismes et de névroses sont les cibles rêvées de ces escrocs (d’autant plus si ils sont riches), beaucoup sont sincères et cherchent vraiment une porte de sortie, et sont prêtes à tout pour y arriver.

Ceux et celles qui ont le malheur de rencontrer ces bonimenteurs, apôtres de la coupure entre le corps et l’âme, s’y jettent corps et âme (enfin, « âme » surtout puisque « le corps est de la merde »), pensant avoir trouvé dans la quête du « pur esprit », un espoir alors qu’ils ne font que fuir la réalité de leurs existences.

Plutôt que d’évoquer des réalités qui finissent par n’être que des images mentales, créant un univers parallèle, il semble essentiel de les interpeller au sujet de leurs fuites du réel et ce repli sur eux-mêmes depuis lequel certains d’entre eux psalmodient des paroles de « sagesse » qui ne sont que la négation et le rejet, c’est-à-dire plus sûrement un malaise qu’une véritable désidentification.

Pour conclure je dirais qu’il y a un sérieux manque d’amour à l’endroit de l’instant présent de par ce monde spirituel et une sérieuse méprise, nous devons accueillir notre corps, ses produits, ses causes et ses conséquences comme de petites merveilles, des expressions d’une intelligence humaine périssable et non divine, mais qui suis-je pour dire ça ?

Letizia Doria

Mots-clefs :,

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade