22 juillet 2019 0 Commentaire

Mes ennemis les chats !

14385614Je veux bien croire que pour certains passer du temps avec son chat peut s’avérer avoir une dimension tout autant thérapeutique que réconfortante.

Les chats hypnotisent, ils font partie des plus grands prédateurs de la terre et tout en le sachant nous les acceptons, leur beauté attire mais leur personnalité captive, le chat n’appartient à personne d’autre qu’à lui-même, il captive par son art, sa domination, son charme.

Le chat à domestiqué l’humain et le tient en esclavage tout en faisant croire le contraire, il est égoïste et indépendant, il aime et respecte ses esclaves et les défend comme sa propre famille d’une manière possessive tout en maintenant une distance, pour ne pas nous étouffer ou dépendre complément de nous, adulé il peut quémander des caresses mais arrive parfois à une limite où il préfère se détacher pour mettre en avant son élégance et son indépendance.

J’avais huit ans et vivais dans un monde marqué par des disputes familiales récurrentes et avais mis en œuvre des priorités parfois inutiles, qui me rapprocheraient de ce qui était réellement important, la lumière du soleil, la tranquillité, la nature, moi-même, ceux que j’aimais…

Pour ce faire j’avais passé mon printemps à surveiller, protéger, donner à manger, aimer, un couple de merles nustrali qui avait fait son nid dans un arbousier sous ma fenêtre, ils se sont habitués à ma présence, et quand leurs œufs ont éclos, les deux petits n’avaient pas peur de moi, venant jusqu’à se poser sur mon épaule quand il surent voler.

J’étais aussi, comme toutes les petites filles esclave d’un chat, jusqu’au jour en l’espace de quelques secondes il à tué les deux oiseaux, pas pour les manger mais uniquement par l’instinct de tuer, les laissant pourrir sur le sol.

Je suis devenue ce jour là allergique aux chats, peut-être parce que ces merles sont morts à cause de mon inter agissement envers eux, toujours est-il que je me suis sentie responsable de leur mort, mon comportement envers la biodiversité à changé, je ne donne plus de graines aux oiseaux parce que ce serait les attirer pour les chats et je chasse les chats de chez moi de toutes les manières possibles et imaginables, je fais le vide, mon amour s’est mué en haine que je cultive jour après jour avec grand plaisir je dois dire.

Au niveau planétaire, le chat, est, derrière le rat mais devant le renard et le chien, à l’origine de l’extinction de centaines d’espèces. En cause, la prédation directe mais aussi la compétition inter-espèces, la transmission de maladies et enfin l’association avec les autres espèces invasives. Ainsi, les chats sont responsables de l’extinction de 63 espèces de mammifères, oiseaux et reptiles depuis 500 ans, selon les recherches effectuées par le Docteur Tim Doherty du Center for Integrative Ecology of Deakin University (Australie) qui s’emploie notamment à montrer les ravages des chats en Australie.

« Les chats sont des individus absolus, avec leurs propres idées sur toute chose, y compris sur les gens qu’ils possèdent. » disait John Dingman, et suis devenue comme eux envers eux.

Letizia Doria

(*) Les chats, de trop gros prédateurs

(*) Chat : quand minou devient un tueur en série

Mots-clefs :, ,

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade