Religions

C’est quoi la religion ?

16508066_1249556818414658_5789839759453852982_nOriginellement la religion est apparue comme la conséquence de la consommation des drogues, en effet, Certain•e•s chamans et sorcier•ère•s prenaient de la drogue pour se rapprocher des dieux et pour communiquer avec eux au moment de prendre des décisions et avaient des visions anormales interprétées comme des messages de l’au-delà, quand on y ajoute le fait que la religion donnait une explication aux phénomènes pour lesquels aucune interprétation logique n’avait pu être faite, comme la pluie et le tonnerre, mena les gens à créer les dieux qui provoquaient ces phénomènes pour lesquels aucune explication rationnelle n’avait été trouvée.

De tous temps des hommes ont été faits des dieux, qu’on a réduit en des êtres surnaturels dotés de caractéristiques qui dépassent l’être humain, de là l’émergence de la religion apparaît comme une forme d’idolâtrie, certaines personnes ont été idolâtrées pour leurs actes et leurs paroles, cette adoration les a poussés à créer des sectes autour de ces personnalités, toutes ces sectes croyaient en des dieux, des esprits et/ou des fantômes immortels ou dotés de la capacité à voir ce qu’il se passe partout dans le monde à qui on attribue également pour la plus part la capacité à changer le destin des humains.

Certaines sectes ont évoluées d’une de manière unificatrice en expérimentant de nombreuses variations et nous avons ainsi assisté à la naissance des religions monothéistes, dans lesquelles on ne croit qu’en un Dieu unique.

Je veux bien « croire » que la religion ait surgi comme une nécessité ancestrale, pour diverses raisons, comme des règles du vivre ensemble ou qu’elle puisse remplir des vides, et ainsi réussir à s’institutionnaliser et en son nom, créer de nombreuses institutions sociales dans le but de prêter ou d’améliorer des services tels que l’éducation ou la santé.

J’essaye de comprendre ce besoin actuel de la religion, et surtout pourquoi les individus ne choisissent pas une religion pour satisfaire un besoin, sachant qu’en fait, ce sont les religions qui satisfont différents besoins des individus dans des contextes différents.

Fiedrich Engels disait : « La religion n’est rien de plus, dans la tête des hommes, qu’un reflet fantastique des pouvoirs externes qui dominent leur existence quotidienne. C’est un reflet dans lequel les forces terrestres prennent la forme de forces surnaturelles. »

De cette manière, les êtres surnaturels ne sont pas attachés aux limites de l’humanité. Le plus étrange est que ces êtres sont parfaitement acceptés s’ils font partie d’une doctrine religieuse mais ne sont absolument pas crédibles s’ils n’en font pas partie. Par exemple, une grande partie de ceux qui croient en un Dieu dirait que les fantômes ou les fées sont irréelles.

La communication constante de par un mode doctrinal nous apprend la signification des rituels en se servant de livres soi-disant écrit par dieu ou dictés par dieu lui-même et a fait que la religion se propage de manière rapide et elle peut atteindre un niveau universel.

Il existe aussi un mode imaginaire dans lequel la signification des rituels se génère, la cohésion est intense, le leadership est passif et la diffusion de la religion est lente et se limite à un niveau ethnique.

Ces religions réduisent la réflexion et l’innovation, créent des personnes moins critiques qui acceptent les préceptes de la religion en affirmant que « cela a toujours été ainsi », ce manque de réflexion individuelle et d’innovation augmentent l’acceptation des interprétations de la religion.

Pour ma part, la religion n’est pas une doctrine ou une institution, et encore moins en lien avec la foi, elle survient des activités ordinaires de l’esprit humain lorsqu’il doit faire face à des inquiétudes vitales comme celles de la naissance, de la vieillesse, de la mort, des imprévus et de l’amour, la comparaison entre les caractéristiques positives et les caractéristiques négatives que la religion apporte mène à un bilan négatif, ce qui indique que la religion ne se choisit pas uniquement pour ses bénéfices.

La partie négative est que d’importantes guerres se sont également succédées sous son nom et de nombreux crimes et injustices ont été commises sur la base d’opinions de foi, souvent mal interprétées.

Conclusion : « Je ne suis pas seulement un athée, je suis aussi antithéiste ; je n’affirme pas simplement que toutes les religions sont des versions du même mensonge, mais je maintiens que l’influence des églises, et les effets de la croyance religieuse, sont véritablement néfastes » (Christopher Hitchens).

Letizia Doria

Mots-clefs :, , ,

A propos de Letizia Doria

juriste médiatrice consultante/conseillère en stratégies de crises. Coïto ergo sum, (Cogito ergo sum) aussi...

2 Réponses à “C’est quoi la religion ?”

  1. Le 15 mars 2021 à 20 h 16 min SnowMan a répondu avec... #

    Voici l’extrait qui m’a le plus plu:

    « Pour ma part, la religion n’est pas une doctrine ou une institution, et encore moins en lien avec la foi, elle survient des activités ordinaires de l’esprit humain lorsqu’il doit faire face à des inquiétudes vitales comme celles de la naissance, de la vieillesse, de la mort, des imprévus et de l’amour, la comparaison entre les caractéristiques positives et les caractéristiques négatives que la religion apporte mène à un bilan négatif, ce qui indique que la religion ne se choisit pas uniquement pour ses bénéfices. »

    Je pense que tu pointes là la généalogie du fait religieux/spirituel.

    • Le 16 mars 2021 à 8 h 00 min Letizia Doria a répondu avec... #

      Ce ne sont pas les religions « en soi » qui me font peur, mais les portes paroles des dieux qui voudraient que l’humanité entière marche sur leurs traces, quitte à éliminer par tous les moyens possibles celleux qui ne veulent pas les suivre.

Ajouter votre réponse

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade