2 juin 2019 0 Commentaire

Vivre sans famille

Sans FamilleMa réalité est de vivre sans famille. Les raisons ? Je suis née sous X et j’ai été adoptée nourrisson par un couple en mal d’enfants.

J’ai su très jeune que j’étais une enfant adoptée et mon entourage familial ou scolaire ne s’est pas fait prier pour me le rappeler à la moindre occasion, rendant le lien d’attachement que développent tous les enfants envers ceux qui prennent soin d’eux aléatoire.

Je savais bien que le lien qui nous unit à notre famille authentique n’est pas le sang, mais le respect mutuel, l’amour et la joie mais j’ai appris par la suite qu’il faut peu de chose pour le rompre et créer un mécanisme de défense en développant un lien « insécure-ambivalent » qui ne m’a jamais plus abandonné depuis et qui est présent dans mes relations de l’âge adulte.

Ce sentiment constant d’abandon fait que je n’ai pas confiance, que suis en alerte vis-à-vis d’une possible tromperie et que je ne dépendrais jamais de l’autre pour répondre à mes besoins affectifs.

Pour construire un environnement sain dans lequel je ne me serais pas sentie abandonnée il aurait fallu que l’interaction entre mes parents adoptifs soit bonne mais ce ne fut pas le cas, ils ont été trop concentrés sur leur relation et trop absents. Peut-être ai-je été trop en demande d’amour mais le fait est que j’ai expérimenté un sentiment d’absence profond.

Le divorce qui à suivi, les disputes, les malentendus et de tout ce que peut entraîner cette rupture n’ont fait qu’aggraver ce sentiment d’abandon tout en m’apprenant à ne pas exprimer mes propres sentiments, me faisant vivre cette séparation de l’extérieur, comme si je n’étais pas concernée.

Puis vint ce jour, sans même avoir l’image de son départ parce que j’étais en colonie de vacances ou elle est partie sans jamais plus revenir, cet abandon ne m’a pas apporté de culpabilité, mon complexe d’œdipe peut-être, ou peut-être qu’il n’y avait jamais eu de vrai lien avec elle, quoi qu’il en soit elle n’est jamais revenue, même pas après le décès de mon père adoptif…

Ce fut un véritable coup de massue ! Pourquoi c’est à moi que c’est arrivé ? Pourquoi s’en est-il allé ? Pourquoi maintenant ? Cette tentative désespérée de comprendre l’incompréhensible de cette injustice ne m’a fait comprendre qu’une seule chose, le même schéma de sentiment constant d’abandon se reproduisait.

Ensuite ce fut le déracinement total, la famille d’accueil, la psy, la juge des tutelles, la tutrice et enfin les études, les facs, les écoles et me voila… SEULE.

Letizia Doria

Laisser un commentaire

Csecomit2019 |
Arpeinfos |
Futurearh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ressources Humaines
| Philo Condorcet 90
| Cruiseade